logo-promosante-mgParler de l'alcool avec son patient − Etape 1

Ouvrir le dialogue

A l'instar de la consommation du tabac, il est fortement recommandé de poser systématiquement la question de l'alcool. Peu de patients aborderont spontanément le sujet. De plus, posséder au dossier (info médicale de base) la consommation d'alcool hebdomadaire moyenne du patient, en Unité ou Verre Standard, est aussi utile et important qu'une l'info sur le tabagisme éventuel.

Les patients sont loin de penser « qu'en parler » est une intrusion dans leur vie privée de la part du médecin ; les patients sont curieux d'informations sur l'alcool et leur santé. Il s'agit souvent plutôt d'une crainte du médecin et les patients lui reprochent parfois de fermer les yeux ; certains disent avoir changé de médecin (notamment après une cure de désintoxication réussie), lui reprochant sa cécité...

Apposer une affiche en salle d'attente permet de faire savoir au patient que le médecin est prêt à en parler. Le message « L'alcool, un plaisir ? Un besoin ? Un problème ? » peut provoquer un questionnement chez le patient.

Interroger le patient sur sa consommation d'alcool doit s'accompagner d'une écoute de son vécu ; on se situe dans une démarche centrée sur l'empathie, l'absence de jugement et le respect du choix du patient.

 

Informer

En ce qui concerne l'information du patient, il est intéressant de commencer par demander au patient ce qu'il sait sur le lien entre l'alcool et la santé.

S'il est intéressé d'en savoir plus, c'est le moment de compléter par quelques informations neutres, dégagées autant que possible de connotations personnelles, morales ou affectives. En effet, donner à un patient des informations potentiellement effrayantes sur les risques d'une consommation excessive d'alcool n'a pas forcément pour effet de le motiver à changer de comportement. Cela peut même avoir l'effet  opposé en renforçant ses résistances, voire en le poussant à chercher une consolation à l'angoisse ainsi générée.

On peut conclure par une question ouverte : « Je me demande ce que vous allez faire des informations que je vous ai données... », « Qu'est-ce qui correspond, dans ce que je vous ai dit, à votre propre consommation d'alcool ? » De cette manière, le patient est encouragé à faire le lien entre l'information qui lui est donnée et son propre vécu.

Etape 2 : Faire le point sur sa consommation et ses motivations

Etape 3 : Construire et accompagner un projet de modification de la consommation d'alcool

 
(mise à jour : 1/09/2017)

Nos partenaires

 

 

banner info-ssmg 959x52