Le dépistage du cancer colorectal en médecine générale

logo-promosante-mgLa Fédération Wallonie-Bruxelles organise un programme de dépistage du cancer colorectal proposé aux femmes et aux hommes entre 50 et 74 ans. L'objectif du programme est de réduire la mortalité par la détection précoce de lésions cancéreuses. De plus, la détection et l'exérèse des adénomes permettent d'éviter le développement de cancers.
hemocultLes gens sont invités à se rendre chez leur médecin généraliste pour le dépistage par une lettre personnalisée qui leur est envoyée tous les deux ans ; le médecin généraliste est véritablement la pierre angulaire du programme.

A l'occasion d'une consultation, le médecin généraliste peut être proactif et aborder le sujet du dépistage du cancer colorectal de lui-même en s'appuyant sur :

  • l'âge du patient
  • un rappel de l'échéancier dans le dossier
  • la lettre envoyée par le programme de dépistage du cancer colorectal de la Fédération Wallonie Bruxelles
  • faire référence à la campagne audiovisuelle

Le patient a-t-il entendu parler de ce dépistage ? Qu'en sait-il exactement? A-t-il déjà reçu la lettre? Désire-t-il en savoir plus pour éventuellement réaliser le dépistage? A-t-il des craintes, des questions ? ... Le médecin généraliste en saura plus en adoptant une démarche centrée sur le patient. Le grand public et beaucoup de médecins pensent que le cancer colorectal est surtout un cancer masculin et qu'il est principalement lié à des facteurs familiaux ; selon ces représentations, on pourrait erronément s'abstenir de proposer le dépistage dans de nombreux cas. Par ailleurs, un certain nombre de médecins n'auraient pas confiance en l'Hémoccult® et ne le trouvent pas efficace, surtout si on demande au patient de réaliser lui-même le test, deux fois, à trois reprises.

Ouvrir le dialogue est donc une question qui n'est pas si simple et qu'il faut quelque peu préparer.

Si le médecin a une confiance mitigée dans ce dépistage, il lui faudra tout d'abord s'informer lui-même des raisons d'être et des avantages de ce programme. A la recherche d'informations à fournir au patient en complément de ses propres connaissances et représentations, le médecin trouvera un large aperçu des avantages et des inconvénients de faire le dépistage du cancer colorectal.
 

En pratique

Pour les patients de 50 et 74 ans asymptomatiques et sans antécédents personnels et familiaux, le médecin généraliste propose que le patient réalise lui-même un test Hémoccult® (deux prélèvements sur trois selles tous les deux ans). Le médecin a à sa disposition des kits comprenant un questionnaire, une enveloppe « port payé par le destinataire », 3 plaquettes Hémoccult®, 3 étiquettes code-barres, 6 bâtonnets et une brochure explicative. Le patient recueille lui-même ses échantillons de selles avec un bâtonnet, à la maison, et les envoie par la poste. Le médecin revoit son patient en cas de test positif pour l'inciter à réaliser une coloscopie.

Aux personnes qui sont à risque élevé et très élevé – qui présentent des symptômes, des antécédents personnels ou familiaux – le médecin propose  une coloscopie d'emblée.

 

Le Centre Communautaire de Référence pour le dépistage des cancers a élaboré un tableau synthétique de la démarche.

 

Les données du programme de 2009 à 2014

(Source : http://www.ccref.org/pdf/FeedbackColon2015.pdf)

230.918 personnes de 50 à 74 ans ont fait un test de dépistage par Hémoccult®.
Pour 1000 personnes qui font ce test :

  • 952 ont eu un test rassurant
  • 15 ont eu un test ininterprétable
  • 33 ont eu un test positif et, parmi eux, 25 ont réalisé une coloscopie

Parmi ces 25 personnes :          

    • La coloscopie était négative pour 13 personnes (faux positif du test Hemoccult ou présence de sang dans les selles d’une autre origine qu’une lésion au niveau colorectal)
    • La coloscopie a détecté un adénome de stade débutant pour 5 personnes (taux de détection de 5 pour 1000 dépistages)
    • La coloscopie a détecté un adénome de stade avancé pour 5 personnes (taux de détection de 5 pour 1000 dépistages)
    • La coloscopie a détecté un cancer colorectal pour 2 personnes (taux de détection de 2 pour 1000 dépistages)

PSMG FeedbackColon2015

 

Références cancer colorectal sur le web

Nos partenaires

 

  • Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires

 

banner info-ssmg 959x52