Comment dépister la dépression en médecine générale ?

logo-promosante-mg

Un dépistage systématique pourra se faire dans le cadre du DMG+ mais ne doit pas être nécessairement réalisé pour tous nos autres patients, sans signe d'appel.

Un test à deux questions (le PRIME-MD) a été validé par Whooley1, permettant de cibler l'état psychologique et d'ainsi dépister une éventuelle dépression chez le patient :

  1. « Durant le mois écoulé, avez-vous souvent été perturbé par un cafard, une déprime, une perte d'espoir ?  » 
  2. « Durant le mois écoulé, avez-vous été souvent perturbé par peu d'intérêt ou de plaisir dans vos activités ?»

Si la réponse est non aux deux questions, le test est négatif.

Si la réponse est oui à l'une des deux questions, le test est positif et indique qu'il faut aller plus loin dans le questionnement afin d'éviter les faux positifs (voir démarche diagnostique).

En effet, les tests ultracourts semblent, au mieux, selon un article paru dans MINERVA2, constituer une méthode d'exclusion du diagnostic de dépression et ne peuvent être utilisés qu'en présence de ressources suffisantes pour une évaluation subséquente des personnes qui présentent un résultat de test positif.

Dans la même logique, le dépistage de la dépression chez l'adulte ne peut se faire que si l'on a les ressources pour une prise en charge en cas de dépression détectée. Que cette prise en charge soit réalisée par le médecin généraliste lui-même ou un professionnel extérieur.
 

Démarche diagnostique en cas de dépistage positif

Que proposer à notre patient en dépression ?
 

 


1 Whooley M, Avins A, Miranda J, Browner W. Case-finding instruments for depression. Two questions are as good as many. J Gen Intern Med. 1997;12:439–45.

2 Mitchell AJ, Coyne JC. Do ultra-short screening instruments accurately detect depression in primary care? Br J Gen Pract 2007;57:144-51.

 

Nos partenaires

 

  • Partenaires
  • Partenaires
  • Partenaires

 

banner info-ssmg 959x52